Foire aux questions

Non, votre épargne n’est absolument jamais bloquée. Et ce, quelle que soit la durée de détention de votre contrat et quels que soient les supports sur lesquels vous avez investi.

Association Française d’Epargne et de Retraite.
Première association d’épargnants en Europe avec environ 760.000 adhérents. Créée en 1976.

Oui, à tout moment via AFER&MOI, un accès adhérent qui vous permet de consulter et de réaliser des opérations de gestion.

Non. Vous pouvez adhérer à un contrat d’assurance auprès de l’un de nos partenaires à partir de 100€.

Oui. Nous définissons un profil épargnant en fonction de vos objectifs et de vos attentes et nous vous proposons in fine une répartition sur mesure à vos besoins.

Oui, et en fonction de nos partenaires, nous vous proposerons la solution sur mesure qui vous correspond. Contactez-nous.

Oui !

Oui, nous proposons un contrat d’assurance vie avec option épargne handicap accessible même pour les mineurs !

À la souscription d’un contrat d’assurance vie, une clause « bénéficiaires » est automatiquement enregistrée, soit sous la forme d’une clause standard, soit une clause libre par laquelle nous pouvons vous accompagner dans la rédaction. Vous n’êtes pas obligé de coucher des bénéficiaires de votre famille, ceux-là peuvent être par exemple un(e) ami(e), une association…

Non, vous êtes libre de verser à votre guise, soit avec un prime unique, soit avec des versements programmés, soit les deux.

Zéro, jusqu’à 152 500€ par bénéficiaire si les versements sont réalisés avant l’âge de 70 ans par le souscripteur. Un second abattement de 30 500€ s’applique aux bénéficiaires pour les versements réalisés après l’âge de 70 ans (tous contrats confondus). Contactez-nous !

Oui, mais attention à ne pas dépasser le montant de votre quotité disponible. Exemple d’un parent qui a deux enfants et qui souhaite en privilégier un, le souscripteur pourra privilégier l’un de ses deux enfants à hauteur de 33% de plus que l’autre.

Non, c’est le seul placement de droit Français (hors livrets de bancarisation type livret A, LLD…) où les intérêts annuels ne se déclarent pas dans vos revenus. En cas de rachats partiels, seuls les intérêts sont imposables soit au barème progressif de l’impôt (IR) ou au prélèvement forfaitaire (PLF et/ou PFU).